Usamos cookies para ofrecerte una experiencia fiable y personalizada en ArtQuid. Al navegar por ArtQuid, aceptas nuestro uso de cookies.
Regístrate

Inicia sesión

  ¿Contraseña perdida?

¿Novedades en ArtQuid?

Abra una cuenta
Venda sus obras
  1. Pinturas
  2. Esculturas
  3. Dibujos
  4. Fotos
  5. Artes digitales
  6. Temas
  7. Selección
  8. Más

La démarche

Patrick Chartol Publicado: 26 de septiembre, 2017 / Modificado: 27 de septiembre, 2017
La démarche
Patrick Chartol, on vous connaît comme compositeur de musique « ambient » (particulièrement apprécié au Japon), comme bassiste et mixeur de sons du groupe de jazz fusion After in Paris, vous dévoilez dans cette exposition un aspect plus intime de votre démarche artistique : la peinture. C’est votre violon d’Ingres ?
Musique et arts plastiques sont très liés pour moi. Un tableau peut être appelé par un morceau et inversement. Nous savons depuis Rimbaud que tous les sens sont interconnectés. L’oeil, non seulement écoute mais peut être littéralement nourri par un tableau de Miro, par exemple… C’est pourquoi j’ai souhaité faire une exposition multisensorielle, durant laquelle le visiteur sera accompagné par la musique d’After in Paris. Lors du vernissage, la partie culinaire ne se limite pas aux classiques petits fours. Elle est partie intégrante de l’exposition. Il y aura aussi une diffusion d’huiles essentielles et les spectateurs pourront faire des expériences relevant du sens du toucher. Une invite au dérèglement de tous les sens…
Les oeuvres exposées peuvent être qualifiées d’abstraites. Plus d’un siècle après Kandinsky, le non figuratif continue à rebuter certains. Que leur diriez-vous ?
Il n’y a pas vraiment d’explication. Je suis passionné par la couleur et la lumière. De l’abstraction émergent parfois des personnages que je peux faire ressortir ou pas. Ce que je recherche en peinture comme en musique, c’est avant tout le plaisir. Je conçois la couleur comme un véritable médicament, elle doit générer de la dopamine ! Bref, ces tableaux me font du bien et j’espère qu’il en ira de même pour les personnes qui les regarderont.
Vous avez cité Miro. C’est l’une de vos influences ?
Bien sûr, mais l’on pourrait aussi évoquer les maîtres de l’art moderne, depuis Renoir et Turner jusqu’à Dali, Anselm Kiefer ou le peintre – photographe Sigmar Polke et bien entendu Kandinsky ou Zao Wou Ki. En fait, les influences sont d’autant plus diverses qu’avec Internet, on peut facilement accéder à toutes les peintures du monde.
Vous êtes un passionné de nouvelles technologies. Comment cela se traduit-il dans votre oeuvre plastique ?
En dehors de quelques peintures réalisées de façon traditionnelle, la plupart des travaux présentés à cette exposition sont des tirages sur plexiglas de photos et tableaux numériques (format 60 X 40cm) réalisés essentiellement sur ordinateur depuis 2006. Dans mes travaux les plus récents, j’utilise beaucoup la vidéo. Certains tableaux sont des arrêts sur image que je retravaille. Ou bien j’imprime sur la toile des tableaux sur lesquels j’interviens au marker noir en y ajoutant par exemple des symboles.
Une conclusion ?
Je l’emprunterai à Picasso : « L’art lave notre âme de la poussière du quotidien ». Chacun de nous peut s’y essayer et l’expérimenter…

Noticias del Mundo del Arte Vivo

 

Escoger un idioma

  1. Deutsch
  2. English
  3. Español
  4. Français