Usamos cookies para ofrecerte una experiencia fiable y personalizada en ArtQuid. Al navegar por ArtQuid, aceptas nuestro uso de cookies.

Inicia sesión

  ¿Contraseña perdida?

¿Novedades en ArtQuid?

Abra una cuenta
Regístrate Venda sus obras
  1. Art Prints
  2. Pinturas
  3. Dibujos
  4. Fotos
  5. Artes digitales
  6. Temas
  7. Selección
  8. Más
Hatter game. Paul Nebac Paul Nebac
   
Jeu de la chapeliere n°1
Cher (e)s ami (e)s
Le jeu de la chapelière a été proposé à l'occasion de la première année marquant la destrucution de ma sculpture monumentale de Ste Maxime : La Femme au Chapeau.

Il y a avait plusiuers catégories photos, peinture.

Je vous livre içi un texte d'un ami.

Je vous remercie par avance de votre lecture et n’hésitez pas à mettre un commentaire d’intérêt que vous aimiez ou non.
Paul

Chapeau a ma nouvelle peau (Par Régis Muratori)
Le dictionnaire Larousse définit le chapeau comme suit : « coiffure de feutre ou de matières diverses, assez rigide ». Somme toute rudimentaire, le chapeau reste comme nombre de créations humaines au fil des siècles et de son évolution, une expression de son intelligence au service de son confort. Et comme je suis un Homme au sens Divin du terme, et en hommage au pouvoir que Dieu a offert à chacun d’entre nous, je ne me résignerai pas à conter ce que l’on sait déjà, historiquement.
En effet, je vais écrire pour construire et non pas pour conter, je vais créer. Créatif tout autant que celui qui m’a missionné de ce texte et qui me pousse à aller plus loin dans mon raisonnement. Parfait. Comme une main tendue vers mon Homme intérieur. Merci. Une invitation à la performance, aussi modeste soit-elle. Alors je vais créer comme mordre (avec er à la fin).
Créer autour de la symbolique que m’inspire cet accessoire. Sauf que là, je ne dis rien. Tout est vide. Plat. Et oui. Car que faire d’un chapeau si ce n’est le porter ? Mais surtout, que faire d’une réflexion si ce n’est la porter à la Lumière de l’Humanité ? A ce propos, j’aimerai dire une chose : protégez-vous seulement quand ça chauffe. Point. Le reste du temps protégez-vous de cette peur qui vous dicte de vous protéger. Ne protégez qu’une seule chose : votre pensée qui, comme l’araignée, tisse sa toile dans l’espace. Le reste importe peu. Voila. Après ça, laissez reposer une heure. Déglacez. Respirez, soufflez. Retirez votre chapeau. Observez calmement mais avec précision ce qui est resté au-dessus, ce qui n’est pas entré à l’intérieur de votre pensée. Vous y trouverez par exemple un livre qui fait l’éloge de la bureaucratisation, de la rationalisation, de la mécanisation, du virtuel, de l’intelligence artificielle. Avec au centre, plusieurs accessoires de mode tels un smartphone, une télévision, ou un gps… Bien. Et on y trouve même un graffiti baptisé progrès sur le dessus du chapeau. Bref. Mais quel progrès ? Jetez tout, lessivez le chapeau, rafistolez-le, rangez le dans votre placard. Parfait. C’est terminé. Désormais, ne doutez plus. Accepter de vivre dans l’effort. Un minimum. Ainsi, vous redevenez à nouveau un homme (ou une femme). Un être ayant renoué contact avec la pensée. Un Homme libre. Autonome. Conscient de l’importance de son intelligence qui n’est pas virtuelle mais bien réelle. Un être Humain. Divin même ! La pensée s’exerce, chaque jour, à chaque instant, comme une Lumière. Une pensée qui se laisse inspirer, qui se nourrit d’un environnement que les sens captent comme les feuilles captent la lumière du soleil nécessaires au processus de photosynthèse. Cette pensée qui a toutefois besoin de cadre, de spirituel et de réel, afin de retrouver le sens de sa véritable existence. Fondamental. Une pensée qui se doit de penser à ses origines, à son chemin et à sa destinée. Ce que je veux dire ici, c’est que Dieu chapote tout. Car Dieu c’est la Vie. Dieu est la Lumière de l’Homme. Ineffable. Il est notre intelligence. Notre source, nos origines. Il est l’Alpha et l’Oméga. Soit, cette Lumière qui éclaire la vue pour interpréter le Monde. La source infinie de toute chose. Vivant ! Et lorsque j’admire son œuvre, moi, je lui tire volontiers mon chapeau ! Et Il me le rend bien car c’est la Vie que j’admire à cet instant. Et à travers la Vie, c’est moi, vivant ! Lorsque j’aime la vie c’est Dieu que j’aime et à travers lui, j’apprends à m’aimer, j’apprends enfin à aimer mon prochain. C’est plus facile qu’à travers mon égo. A l’image de Dieu nous sommes créatifs. Redevenons créateur de notre Vie. Créer, quel que soit le support, c’est vivre. Créer c’est la vie. Subir c’est mourir. Stop. Jetez votre télévision, ou bien éteignez-la, le temps d’ouvrir les yeux…

Regis Muratori

Jeu de la Chapelière – 20/07/2017
Hatter game
Arte Contemporáneo,  Esculturas,  Esculturas
Autor: Paul Nebac
120 x  165 cm  /   47.2 x  65 in
Diámetro 100 cm  /   39.4 in
Peso 350 kg   /  771.61 lbs
Temas: Arquitectura, Monumentos  /   Materias: Cerámica  /   Origenes: Francia  /   Características: Altorrelieve  /   Autenticidad: Original  /   Tipos de artistas: Artistas de galerías  /   Periodo: Contemporáneo  /  
 
Publicado: 11 de agosto, 2017 / Modificado: 11 de agosto, 2017
Copyright Paul Nebac

 
Hatter game
Precio no público
Por encargo
19
Paul Nebac
Paul Nebac
Artista Escultor 
St Maxime /paris, Francia
Ver más obras similares
Exponer una obra similar
Materiales de arte

Escoger un idioma

  1. Deutsch
  2. English
  3. Español
  4. Français