Usamos cookies para ofrecerte una experiencia fiable y personalizada en ArtQuid. Al navegar por ArtQuid, aceptas nuestro uso de cookies.

Inicia sesión

  ¿Contraseña perdida?

¿Novedades en ArtQuid?

Abra una cuenta
Regístrate Venda sus obras
  1. Art Prints
  2. Pinturas
  3. Dibujos
  4. Fotos
  5. Artes digitales
  6. Temas
  7. Selección
  8. Más

Péripétie de l’art contemporain

Daniel Toublanc Publicado: 8 de noviembre, 2014 / Modificado: 9 de septiembre, 2022
Péripétie de l’art contemporain
Petit conte contemporain à la manière de mon maître et grand ami de l'humanité.
Il état une fois à la fin du 20°siècle un homme richissime de nationalité incertaine, bien plus riche que Crésus, qui ne pouvait plus compter les sièges d’administrateur qu’il possédait dans les sociétés multinationales et fondations et autres institutions publiques et privées dans lesquelles il était majoritaire, tellement il en avait acquis après de nombreuses années dans le buisness et la politique. Lui même toute sa famille, tous ses proches et ses réseaux croulaient sous l’abondante manne monétaire distribuée par les banques et le trésor public; Dividendes somptueux, optimisation fiscale, salaires pharaoniques et retraites chapeaux étaient son pain de tous les jours. Il se nommait, oh! Prédestination! Prosper Ranopi.

Un jour où il venait de mouiller son yacht dans le port Saint Trodpez, en garant une de ses Bugatti Veyron super sport en double file, Prosper Ranopi rencontra son grand ami le célèbre et « sublime » artiste-peintre Fric Asseaux qui se trouvait dans une passe difficile en raison d’une baisse vertigineuse de sa cote, compte tenu de tous les gribouillis infâmes qu’il avait refilé à prix d’or à tout le gotha du fric.

Sais-tu? Dit notre malin milliardaire à notre rapin Fric Asseaux que dans notre pays le droit et la fiscalité sur les œuvres d’art est extrêmement avantageux pour les gens comme toi et moi? Il existe bon nombre de façon de se faire beaucoup monnaie en alliant investissement, spéculation et plaisir.

Tout d’abord, dans notre pays, les œuvres d'art, ne sont pas assujetties à l'Impôt de Solidarité sur la Fortune basé comme son nom l’indique sur la fortune, et la mienne, de fortune, est fabuleuse. Dans cette mesure, les œuvres d’art que je possède (quelques centaines de millions d’euros) ne sont pas comptés dans la déclaration de ma fortune que je fait chaque année. Le gain est considérable. !

Ensuite tous les investissements spéculatifs consacrés à mes acquisition d’œuvres d’art sont décomptés de mes revenus pour l‘impôt sur le revenu. Là aussi le gain est considérable!

Encore, en cas de revente spéculative de mes œuvres d’art avec bénéfice, ces bénéfices ne rentrent pas dans le calcul de l’impôt sur le revenu car il sont en grande partie exonérés de la plus-value.
Là encore le gain est considérable!

Aussi en cas de succession à mon bénéfice ou à celui de ma famille, les œuvres d’art sont pratiquement exonérés de droits de succession
Ce qui est aussi un gain considérable!

De plus la loi dans notre pays permet aux propriétaires d’œuvres d'art comme moi de régler certains impôts en payant avec des œuvres d’art à le Trésor public les droits qui sont dus par moi. Je me débarrasse ainsi de tous les « nanars » La manœuvre est facile !
Ce qui est de plus un gain considérable !

Je ne te dirai qu’une prochaine fois, pour gagner du temps, tous les avantages pour mes sociétés et mes fondations qui se transforment pour moi en dividendes, jetons de présence, si ce n’est en salaires pharaoniques, avantages en nature, retraites chapeau etc. …

En conséquences, si tu veux retrouver toi le grand peintre Fric Asseaux, ta cote et ta renommée, tu va me faire des tableaux tout noirs comme ton confrère qui en fait des tout bleus ou l’autre qui en fait des tout rouge et que n’importe quel peintre en bâtiment non qualifié peut faire au rouleau et tu va me les vendre à moi pour peanuts. Je vais ameuter les médias et les experts, les officiels que je contrôle, je vais investir et lancer avec tes œuvres des expos dans mes musées, des promos, des pubs, une com. Énorme et un tapage médiatique extraordinaires; tous les blaireaux vont suivre !

De cette manière tu vas retrouver en peu de temps ta cote passée injustifiée et tes plaisirs et moi je vais faire une superbe spéculation fructueuse!
Ce qui fut dit fut fait… .

La prochaine fois je vous raconterai le conte de la grande lessiveuse de l‘art contemporain, mais ceci est une autre histoire.

Nb Ce conte est une histoire de pure fiction. Toute ressemblance avec des pays ou des personnes existants ou ayant existé, des événements ayant eu lieu, n’est que pure coïncidence

Daniel Toublanc
0667176192
Envoyer
Más información: danieltoublanc.com
Maurice Dien
Maurice Dien, 26 de Marzo
Bravo! Superbe conte qui «dénonce» (ô quel vilain mot) tellement justement ce qui se passe dans le milieu de l'art pictural et plastique depuis des décennies.
Et le citoyen lamda qui devrait refuser ces horreurs et ces manipulations, contemple béatement ces agissements.
Il est vrai que l'Art, le vrai, n'est plus enseigné, (ceci explique peut-être cela) ça ferait trop ringard, et ce particulièrement dans notre pays qui pourtant a été en un temps, qui parait bien lointain, le pays du siècle des lumières. Lumières qui sont bien éteintes et à jamais, j'en ai bien peur.
J'ai reconnu certains de vos personnages (sans trop de difficultés il est vrai). Mais chut! Il ne faut pas le dire. J'attends avec impatience le conte de la grande lessiveuse. Encore bravo et merci.
Bruno Chandellier
Bruno Chandellier, 3 de diciembre
Bonjour. J'ai lu avec attention votre article tout est vrai. Au fond les gens le savent mais ils disent «tout ça cela n'est pas de l'art et ils ferment les yeux.

Noticias del Mundo del Arte Vivo

 

Escoger un idioma

  1. Deutsch
  2. English
  3. Español
  4. Français